Vous êtes ici : CEMOTEVFRPublicationsArticles dans revues à comités de lectureArticles en anglais

Boroumand R-H, Goutte S., Porcher T., F.Stocker T., (2021) " fair and progressive carbon price for a sustainable economy", Journal of Environmental Management

Auteurs: Raphael-Homayoun Boroumand, Stéphane Goutte (CEMOTEV), Thomas Porcher, Thomas F.Stocker
Article: "A fair and progressive carbon price for a sustainable economy"
Revue: Journal Of environmental Management
https://doi.org/10.1016/j.jenvman.2021.113935
2021

Article en ligne : https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0301479721019976?via%3Dihub

Cet article à deux interêt majeurs:

Il est en plein dans les débats actuels sur les politiques en terme d’émission de CO2 et de la COP 26. En effet, la détermination du prix du carbone est devenue un instrument nécessaire pour des politiques durables. Compte tenu des écarts de développement et de la responsabilité historique des pays de l'OCDE, un prix unique du carbone poserait un problème majeur d'équité entre pays « développés » et « en développement ». De plus, bien que d'un point de vue climatique chaque molécule de CO2 produise le même niveau de dommages, toutes les émissions de CO2 ne sont pas sur un pied d'égalité. En effet, certaines sont nécessaires pour améliorer la vie des populations des pays « en développement » alors que d'autres peuvent être considérées comme non indispensables, notamment au-delà d'un certain niveau de développement. C’est ainsi que dans cet article, nous expliquons comment le prix du carbone doit être fixé en fonction d'un prix de référence dépendant de l'Indice de Développement Humain (IDH) et des émissions de CO2 par habitant. Le critère IDH permettant d'intégrer la progressivité dans la fiscalité en distinguant ce qui est essentiel de ce qui ne l'est pas. En prenant un prix de référence basé sur l'IDH, les pays à faible IDH devraient payer un prix du carbone inférieur. Cependant, avec les mêmes niveaux d'IDH, les pays ayant des émissions de CO2 plus élevées devraient payer une pénalité sur le prix de référence.

Il a été réalisé avec le Prof. Thomas Stocker, membre du GIEC, co-président du groupe de travail I qui évalue les aspects scientifiques du système climatique et de l’évolution du climat. Il a été notamment responsable du cinquième rapport sur le climat qui constitue la base scientifique de l’Accord de Paris sur le climat de 2015